22 octobre 2008

Mark Wallinger (jusqu'au 16.11.2008 à la Argagauer Kunsthaus, Suisse)



Lauréat du Turner Prize en 2007 avec son installation contre la guerre en Irak "State Britain", après avoir contribué à la Biennale de Venise en 2001, Mark Wallinger est l'un des artistes britanniques contemporains les plus connus internationalement. Et cette exposition a lieu dans une petite ville suisse, située à 1/2heure de Zurich, correspondant peut être à la taille de Tours où en dehors d'un charmant centre historique se dresse un merveilleux bâtiment digne du Moma, dont l'extansion est d'ailleurs dessinée par Herzog et de Meuron, parenthèse pour vous dire que c'est aussi cela la Suisse, mine de rien, une ouverture sur l'international avec ce qui se fait de mieux ... L' artiste, utilise tous les médias (dessins, photos, vidéos, sculpture, peinture, installations) pour nous donner à sentir l'arbitraire et l'absurdité des conventions politiques, religieuses ou identitaires. Sans forcer le trait il va droit à l'essentiel, non sans un certain humour très british.
Ainsi dans la salle des "Autoportaits", ce sont des peintures blanches de taille anthropomorphique, surlesquelles sont tracés de différentes manières des "I" noirs, (donc "je " en francais), manière sobre de montrer les différentes facettes d'une personnalité et de s'inscrire dans l'Histoire de l'art des autoportraits de Rembrandt à Tony Smith.
Ou encore sa vidéo "Sleeper" (2H30 , 2004) où l'on voit un homme habillé en ours déambuler dans des salles vides avec des baies vitrées donnant sur une mégapole de nuit. Face à cet ours tantôt fatigué ou désabusé (pieds en dedans, dos vouté), tantôt s'étalant sur le dos à même le sol pour dormir on éprouve une étrange empathie. En fait on apprend que c'est la vidéo de la performance de l'artiste qui a passé, habillé en ours, 10 nuits à la Neue National Galerie à Berlin, et que les passants du fait des baies vitrées pouvait aussi observer. Sa représentation contraste avec l'image de l'ours sauvage et triomphant , symbole de la ville de Berlin. Clin d'oeil également nous rappelant que Berlin fut aussi la capitale des agents secrets, et que "Sleeper" signifie également un agent inactif attendant d'être rappelé.
"The Underworld" (installation vidéo et sono, 2004) : Après avoir parcouru un long corridor sombre, on arrive dans une salle obscure où une vingtaine d'ecrans TV sont posés par terre en cercle mais à l'envers. On voit sur chaque écran un angle différent d'un concert de musique classique , que l'on decouvrira être plus tard le Requiem de Verdi. Car comme chaque écran montre un moment différent, il joue aussi un passage différent d'où cette impression de cacophonie et d'agression également visuelle, renforcée par certains cadrages de gros plans tête en bas de bouches "criant". On est pas loin de la vision de l'Enfer de la Divine Comedie de Dante.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home